Vous êtes ici : Les dossiers du Mag de l'Entreprise > Management & RH > Holacratie : définition, quel intérêt d'une mise en place en entreprise ?

Holacratie : définition, quel intérêt d'une mise en place en entreprise ?

Holacratie : définition, quel intérêt d'une mise en place en entreprise ?

L’holacratie désigne une méthode d’organisation applicable dans une entreprise, qui s’oppose à une organisation classique de type horizontal, c’est-à-dire où les décisions sont prises en haut de la hiérarchie et transmises jusqu’au bas de l’échelle. De quoi parle-t-on exactement lorsqu’une entreprise adopte cette organisation basée sur l’holacratie ? Quelles sont ses avantages pour une entreprise ?

L’holacratie, un mode de management qui fait la part belle à l’autonomie décisionnaire

L’holacratie est une nouvelle organisation du pouvoir qui peut être appliquée dans une entreprise, initiée et mise en avant par un Américain, Brian Robertson, alors employé dans une grande entreprise de logiciels, Ternary Software.

Il s’agit d’un système de management où chacun des employés est une unité indépendante faisant partie d’un tout. Définition illustrée par l’étymologie du mot « holacratie » : « holos » qui veut dire « entier » en grec, et « kratos », le pouvoir. Cette organisation s’oppose à un mode de management vertical où les décisions sont prises par le sommet de la hiérarchie et diffusées vers le bas, c’est-à-dire où le pouvoir est divisé en plusieurs strates. Avec ce type d’organisation classique, il est obligatoire, pour mener un projet ou proposer des changements, de passer par son supérieur hiérarchique et attendre son feu vert, ou non, et, bien souvent se heurter à de nombreux obstacles.

Brian Robertson a observé de ses pratiques professionnelles que ce management le plus souvent utilisé empêche les entreprises d’évoluer de manière positive et surtout d’innover car elles sont ainsi privées des initiatives, qui peuvent s’avérer très intéressantes pour le développement d’une entreprise, de n’importe quel collaborateur puisque les décisions sont prises au final exclusivement par ceux qui ont le pouvoir de décider, soit ceux situés en haut de la hiérarchie de l’entreprise. Brian Robertson avance aussi que le système de management classique crée trop de niveaux de complexité dans les prises de décision pour être efficace.

Au contraire, l’holacratie désigne une organisation managériale où tous les employés d’une entreprise sont autonomes et libres de s’organiser et d’exercer leurs propres responsabilités. Chaque collaborateur se voit assigner plusieurs rôles au sein de l’entreprise, et dans des services différents, pour être totalement agile dans ses prises de décision ou ses idées de projet.

Un objectif est attribué à chaque rôle défini par employé qui, au final, s’intègre dans les objectifs globaux d’une entreprise. De ce fait, avec l’holacratie, chacun des collaborateurs dispose de tous les pouvoirs et de toute l’autorité pour prendre une décision. Il s’agit d’une organisation qui tend à rendre tous les employés égaux.

L’holocratie fait disparaître la nécessité de mettre en place un organigramme dans l’entreprise puisque il n’existe plus de hiérarchie et de responsables attitrés pour les prises de décisions. On parle alors davantage d’organisation en cercles qui regroupent les employés aux rôles proches, mais qui peuvent se mouvoir dans un cercle de salariés aux missions différentes mais pour lesquels un collaborateur d’un cercle différent peut se voir aussi attribuer un rôle.

L’holacratie, quel intérêt pour une entreprise ?

Comme Brian Robertson le souligne, l’holacratie, qui donne de l’autonomie et une certaine liberté à tous les employés d’une entreprise qui n’ont pas besoin de se référer à un manager attitré pour prendre des décisions, ne peut pas être mise en place si aucun cadre n’est appliqué clairement dans une entreprise.

L’holacratie nécessite en effet que chacun des collaborateurs soit informé de règles claires concernant le fonctionnement et surtout les objectifs à atteindre pour l’entreprise. Ces règles doivent cependant être flexibles, et être facilement et rapidement applicables, pour leur laisser la possibilité de s’adapter aux changements à l’œuvre et de les modifier au profit d’une meilleure organisation.

Ce cadre est défini dans une Constitution, véritable texte qui régit la mise en place de l’holacratie dans une entreprise, et qui comporte 5 grands articles : Énergiser des Rôles ; Structure de Cercle ; Processus de Gouvernance ; Processus opérationnel ; et Questions d'Adoption.

L’un des avantages de l’holocratie, qui donne les pouvoirs de décision à chacun des employés concernant les objectifs qu’ils ont personnellement à atteindre, mais toujours dans l’optique de réaliser un travail d’équipe, est de dynamiser la vie de l’entreprise grâce à ce partage interne du management.

En revanche, pour être appliquée de la meilleure façon, l’holacratie nécessite l’organisation régulière de réunions : celles appelées de « triage » où les collaborateurs synchronisent leurs actions et réfléchissent aux solutions à d’éventuels freins pour les réaliser, et celles dites de « gouvernance », destinées à optimiser en permanence ce type d’organisation.

D’autre part, l’holacratie favorise la pluridisciplinarité et l’engagement des employés dans plusieurs missions à la fois selon leurs compétences et le temps qu’ils peuvent y consacrer. C’est aussi souvent une forme de management qui aide et développe la créativité, un élément très important dans la réussite d’une entreprise.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : 3Ujiit

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires