Vous êtes ici : Les dossiers du Mag de l'Entreprise > Management & RH > Entretien d’embauche : 8 erreurs à ne pas faire en tant que recruteur !

Entretien d’embauche : 8 erreurs à ne pas faire en tant que recruteur !

Entretien d’embauche : 8 erreurs à ne pas faire en tant que recruteur !

Bien des recruteurs ont tendance à minimiser le déroulé d’un entretien d’embauche, persuadés que seul le candidat reçu a besoin de se préparer, de faire bonne impression et de convaincre. Une grave erreur qui peut coûter cher à une entreprise et allonger considérablement un simple processus de recrutement. Alors pour éviter de perdre du temps et de prendre le risque de sélectionner le mauvais candidat, faisons le point sur les objectifs d’un entretien d’embauche et sur les huit erreurs à ne pas faire en tant que recruteur !

À quoi sert un entretien d’embauche pour le recruteur ?

Les candidats qui passent un entretien d’embauche ne sont pas les seuls à faire des erreurs. Bien des recruteurs estiment être du bon côté de la table et ainsi ne pas avoir besoin de préparer et de se préparer pour cet événement. Pourtant, il est important de savoir le mener à bien de bout en bout et, pour ce faire, de commencer par en comprendre les objectifs premiers.

En effet, l’entretien d’embauche n’est pas qu’une formalité. Le professionnel n’est pas là pour "faire son marché ou ses courses", mais bien pour identifier et recruter le candidat idéal pour le poste qui est à pourvoir. Et pour éviter les pertes de temps et d’argent, mieux vaut rester concentré sur les objectifs de l’entretien afin de ne pas faire d’erreur.

Objectif n°1 : identifier les compétences du candidat au poste

Lorsque vous souhaitez recruter un candidat pour un poste à pourvoir au sein de votre entreprise, il est important de faire le bon choix. L’entretien d’embauche a pour objectif de vous permettre de vous assurer que celui qui se présente face à vous dispose bien des compétences professionnelles attendues. Appuyez-vous sur la fiche de poste pour ce faire.

Bien entendu, un candidat couvre rarement l’ensemble des attentes d’un poste et d’un recruteur. Néanmoins, si la formation permet de mettre à niveau certaines compétences, d’autres doivent être indiscutablement présentes.

Objectif n°2 : vérifier les données communiquées par le candidat

Tout le monde peut écrire n’importe quoi sur son CV et sa lettre de motivation, ce n’est pas bien difficile. Formations, compétences et expériences professionnelles… bien des candidats "gonflent" leur CV pour se détacher du lot, notamment lorsqu’ils débutent dans le milieu de l’emploi. Si certaines de ces affirmations sont indispensables au poste à pourvoir, n’hésitez pas à les vérifier en amont, mais également en présence du candidat, en lui posant les bonnes questions. L’entretien d’embauche sert également à cela.

Objectif n°3 : déterminer la personnalité et la motivation réelle du candidat

Recruter un candidat qui, sur le papier, a l’expérience et les compétences attendues pour un poste, est idéal. Néanmoins, il ne faut pas oublier de prendre en compte sa personnalité et sa motivation. En effet, rappelons qu’il est toujours possible de former un candidat qui n’a pas toutes les compétences souhaitées, mais il est en revanche bien plus difficile de contraindre à travailler une personne qui ne le souhaite pas véritablement.

Si le candidat n’a pas réellement envie de s’investir au sein de votre entreprise, si vous n’êtes pour lui qu’un recruteur potentiel parmi bien d’autres, il risque très vite de délaisser son poste et vous devrez reprendre le processus de recrutement. Ne faites pas l’erreur de bien des recruteurs qui se basent uniquement sur le contenu d’un CV. Bien des candidats non ou peu expérimentés sont motivés et désireux de se former et de s’investir pleinement dans votre entreprise.

Il en va de même de la personnalité du candidat. Si celui-ci est compétent, mais qu’il est incapable de travailler en équipe ou s’il refuse de s’adapter aux contraintes de l’emploi par exemple, vous risquez très vite de vous retrouver face à une situation conflictuelle.

Faites le bon choix et tenez compte de la personne avant son CV.

8 erreurs à ne pas faire en tant que recruteur

Nous venons de rappeler les trois principaux objectifs d’un entretien d’embauche. Mais si cet événement est stressant pour les candidats, il doit être bien mené par les recruteurs afin d’éviter bien des erreurs communes. Voici les huit erreurs les plus fréquemment commises en entretien d’embauche par les recruteurs.

Erreur n°1 : ne pas s’être suffisamment préparé

Ce n’est pas parce que vous n’êtes pas le candidat interrogé que vous ne devez pas vous préparer pour un entretien d’embauche. Pourtant, bien des recruteurs font cette erreur et pensent à tort que seul le candidat a besoin de s’y préparer.

C’est une grave erreur qui peut coûter cher. En effet, tous les entretiens ne sont pas les mêmes et il est impératif, à minima, de relire la fiche de poste avant le rendez-vous ainsi que la candidature de la personne qui s’apprête à être reçue. Pour celui qui est interrogé, il est désagréable de faire face à un recruteur qui découvre le tout sur l’instant, qui n’a visiblement pas pris le temps de consulter les documents qu’il a pris soin de lui adresser, voire même qui ne connait pas les données relatives au poste à pourvoir.

En conséquence, avant tout entretien, consultez le CV et la lettre de motivation du candidat qui va être reçu et n’hésitez pas à vous renseigner si besoin si vous ne disposez pas de toutes les données nécessaires au sujet du poste à pourvoir. Non seulement cela vous permettra d’être mieux préparé, mais c’est également une marque de respect envers la personne que vous recevez. Vous pourrez également gagner un temps précieux puisque vous pourrez ainsi mieux cibler les points de la candidature qui méritent d’être questionnés. Appuyez-vous sur des notes, éventuellement, pour poser les bonnes questions.

Erreur n°2 : ne pas vérifier la véracité des données communiquées par le candidat

Nous l’avons évoqué parmi les objectifs principaux d’un entretien d’embauche, mais il nous semble important de le rappeler. En effet, il est crucial de vérifier les données présentes sur le CV d’un candidat, ce que peu de recruteurs font en réalité. En effet, croire que tout ce qui est inscrit est vrai est un peu trop naïf. Certes, bon nombre de candidats sont honnêtes, mais de nombreux CV comportent de fausses informations, comme des formations qui n’ont pas été véritablement suivies, des expériences qui n’ont pas été effectuées ou pour lesquelles les dates ont été modifiées, etc.

Il est en effet indispensable d’interroger le candidat au cours de l’entretien sur le déroulé de ces informations. Interrogez-le sur les fonctions occupées au cours de ses différentes expériences, des apprentissages suivis au cours de ses formations, etc. N’oubliez pas que le poste à pourvoir doit rester votre objectif, raison pour laquelle vous devez être certain que le profil du candidat correspond à vos attentes.

Erreur n°3 : ne pas consacrer suffisamment de temps à l’entretien

Le temps que vous consacrez à un entretien est un autre point important. Bien des recruteurs font l’erreur de recevoir un candidat à la va-vite, ce qui fait qu’au final, ils ne l’écoutent pas véritablement. Cette erreur commune peut avoir plusieurs prétextes, tels que le manque de temps tout simplement, une journée difficile, ou encore le fait que le recruteur s’est déjà fait une idée à la lecture du CV du candidat.

C’est une grave erreur, car l’entretien perd toute son utilité et parce qu’il s’agit d’une marque d’irrespect envers le candidat qui a pris le temps de postuler, de se préparer et de se déplacer pour cet entretien.

Prenez le temps d’écouter ce que cette personne a à vous dire, évitez tout a priori et prenez le temps de poser vos questions et de faire les vérifications nécessaires. Bâcler un entretien vous fera finalement perdre plus de temps puisqu’il n’est pas possible d’aboutir à un bon résultat de cette manière.

Erreur n°4 : arriver en retard

Pour un recruteur, le fait qu’un candidat arrive en retard donne une mauvaise image de lui et n’incite pas à le recruter. Mais ne faites pas l’erreur de vous permettre vous-même d’arriver en retard à l’entretien d’embauche ! Vous aussi, vous donnez ainsi une mauvaise image de vous et de votre entreprise. Si vous avez programmé ce rendez-vous, ayez la décence d’être à l’heure et si un facteur X vous retient, présentez vos excuses à celui qui s’est déplacé et qui vous a patiemment attendu.

N'oubliez pas que vous ne faites pas face qu’à un CV, mais à une personne qui mérite votre respect. À vous de vous organiser pour être à l’heure !

Erreur n°5 : ne pas laisser le candidat s’exprimer suffisamment

Il n’est pas rare qu’un recruteur ait tendance à trop parler pendant un entretien d’embauche. Bon nombre d’entre eux ont le sentiment, après le rendez-vous, de ne pas avoir posé toutes les questions nécessaires ou encore de ne pas avoir suffisamment entendu le candidat.

Il vous faut éviter de monopoliser la parole. Contentez-vous d’occuper 20 % à 25 % du temps imparti et à poser des questions ouvertes pour laisser le candidat s’exprimer. Après tout, ce n’est pas forcément à vous de vous vendre tout au long de l’entretien, mais bien à lui de tenter sa chance et de vous prouver qu’il est capable de répondre à vos attentes quant au poste à pourvoir.

Erreur n°6 : ne pas présenter le poste dans le détail

Si le candidat est là pour se présenter et se vendre, comme nous venons de le dire, vous devez également, en tant que recruteur, chercher à le convaincre. Le monde du travail a grandement évolué depuis la crise sanitaire et recruter devient aujourd’hui bien plus difficile pour bon nombre d’entreprises. N’imaginez pas que tous les candidats sont prêts à se jeter à vos pieds, alors prenez le temps de présenter le poste dans le détail, mais également votre entreprise, votre activité, votre savoir-faire, etc.

L’entretien d’embauche ne sert pas seulement à vérifier que le candidat colle au poste, mais également à le lui présenter sous toutes les coutures. Il lui faut connaitre les missions, la localisation, les conditions horaires, les éventuelles contraintes, la rémunération, les possibilités d’évolution, etc. Ces points sont essentiels pour vous éviter de perdre du temps. Si le candidat se rend compte que le poste ne lui convient pas, mieux vaut qu’il s’en aperçoive et se retire avant d’être recruté !

Erreur n°7 : poser des questions non autorisées ou indiscrètes

Rappelons en effet qu’il est interdit par la loi de poser certaines questions à un candidat au cours d’un entretien d’embauche. Toute question à caractère discriminatoire est en effet proscrite et ne doit en aucun cas être posée. Âge, sexe, origine, nationalité et bien d’autres sujets ne peuvent être abordés.

Pour éviter les erreurs de ce type, sachez que les questions posées en lien avec les sujets suivants sont interdites, en vertu de l’article L. 122-45 du Code du travail :

  • l’âge ;
  • l’état de santé ;
  • le handicap ;
  • les caractéristiques génétiques ;
  • l’apparence physique ;
  • l’identité sexuelle ;
  • l’orientation sexuelle ;
  • le sexe ;
  • la grossesse et les projets de grossesse ;
  • la situation familiale ;
  • les mœurs ;
  • l’origine ;
  • le patronyme ;
  • l’appartenance à une ethnie, à une nation ou à une race ;
  • l’appartenance à une religion ;
  • les opinions politiques ;
  • les activités syndicales.

Erreur n°8 : en dire trop… sans savoir

Même si le candidat qui vous fait face vous convient et que vous pensez avoir trouvé la perle rare, ne faites pas l’erreur d’en dire trop et de vous avancer sur le processus de recrutement. Vous ne pouvez pas lui affirmer ni même lui suggérer que vous sentez qu’il correspond au poste et que vous êtes persuadé qu’il sera retenu. Ne vous engagez pas non plus sur un délai de réponse court, notamment dans la journée.

En effet, un point préalable à la prise de décision doit être fait avec les équipes, car il se peut que les personnes concernées par le poste estiment que le candidat qui vous a tapé dans l’œil n’est pas suffisamment convaincant.

Ainsi, restez toujours neutre face au candidat. Expliquez-lui la procédure qui s’ensuivra s’il est retenu ou s’il n’est pas retenu, mais ne vous avancez pas sur la suite ni sur un délai précis de réponse. Bien entendu, il aura besoin d’être rapidement fixé, mais ne vous engagez pas sur une durée que vous ne pourrez pas tenir. Préférez lui indiquer une date sure (au cours de la semaine prochaine par exemple), quitte à lui rendre réponse plus tôt que prévu.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : 5yveUA

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires

  • Qu'est-ce qu'un salarié protégé ? Qu'est-ce qu'un salarié protégé ? Le statut de salarié protégé est destiné à couvrir certains collaborateurs au sein de l’entreprise, notamment ceux qui exercent un mandat de représentant du personnel et qui participent à...
  • Comment améliorer l'engagement des collaborateurs ? Comment améliorer l'engagement des collaborateurs ? Lorsque les collaborateurs d’une entreprise sont engagés au sein de leur activité, celle-ci a tout à y gagner. En effet, lorsque les équipes se sentent comprises, écoutées, respectées,...