Vous êtes ici : Les dossiers du Mag de l'Entreprise > Gestion & Finance > Solde Intermédiaire de Gestion (SIG) : définition et utilité. Comment le calculer ?

Solde Intermédiaire de Gestion (SIG) : définition et utilité. Comment le calculer ?

Solde Intermédiaire de Gestion (SIG) : définition et utilité. Comment le calculer ?

En comptabilité, on parle de Solde Intermédiaire de Gestion (SIG) pour désigner un indicateur crucial pour un entrepreneur car il lui permet de mesurer au plus près les performances économiques et financières de son activité. Plusieurs SIG peuvent être calculés pour évaluer la rentabilité d'une entreprise. Ces derniers donnent la possibilité à un chef d'entreprise de pointer éventuellement les indicateurs à améliorer pour rendre son activité plus performante.

Qu'est-ce qu'un solde intermédiaire de gestion ? À quoi sert-il ?

En comptabilité, on ne parle pas d'un seul Solde Intermédiaire de Gestion (SIG), mais d'au moins 8 SIG. Ces indicateurs sont nécessaires à tout entrepreneur pour connaître la situation de son entreprise en matière de rentabilité et pouvoir améliorer cette dernière.

Les soldes intermédiaires de gestion sont calculés à partir d'éléments qui apparaissent dans le compte de résultat d'une entreprise, un document financier qui retranscrit les flux de recettes (les produits) et de dépenses (les charges) réalisés pendant la durée d’un exercice comptable et qui permet aussi de déterminer si une entreprise réalise des bénéfices ou, au contraire, constate des pertes.

En prenant en compte les produits et les charges d'une entreprise d'un exercice comptable donné, les SIG ont comme intérêt de pouvoir identifier et de mettre en valeur des indicateurs clé de la performance d'une entreprise dans le sens où ils décomposent le compte de résultat.

De cette manière, un chef d'entreprise dispose d'éléments plus précis pour évaluer la rentabilité de son activité, soit par indicateur financier précis, et qui forment au final le résultat comptable d'une entreprise.

De plus, il est intéressant de prendre en compte l'évolution dans le temps des soldes intermédiaires de gestion pour pouvoir les comparer d'un exercice comptable à l'autre et ainsi mieux élaborer en particulier le prévisionnel financier d'une entreprise, mesurer la richesse créée au fur et à mesure des années, ou encore optimiser les différentes fonctions de l'entreprise dans le but qu'elle soit rentable le plus possible.

Ces soldes intermédiaires de gestion, qui permettent donc de réaliser une étude analytique des finances d'une entreprise et de son activité de production, constituent en conséquence des leviers importants et utiles pour agir, au besoin, sur les indicateurs qui nécessitent d’être améliorés.

Les différents soldes intermédiaires de gestion identifiables et leur calcul

Les soldes intermédiaires de gestion (SIG) sont en général représentés en comptabilité sous la forme d'un tableau qui présente ligne par ligne les éléments nécessaires à leur calcul.

Ces éléments, qui figurent dans le compte de résultat, sont : la marge commerciale, la production de l'exercice, la valeur ajoutée, l'excédent brut d'exploitation, le résultat d'exploitation, le résultat courant avant impôts, le résultat exceptionnel et le résultat net comptable.

La marge commerciale

La marge commerciale d'une entreprise permet de mesurer la performance de son activité commerciale, c'est-à-dire en rapport avec l'achat et la revente de ses biens. Elle donne ainsi une indication de l'efficacité de la politique commerciale d'une entreprise, et renseigne plus précisément sur la différence entre le prix de vente hors taxes et le prix d’achat hors taxes des marchandises ou produits appliqués.

Grâce à ce solde intermédiaire de gestion, l'entrepreneur dispose d'informations en lien, par exemple, avec l'évolution du coût de ses propres achats, du niveau de son pouvoir de négociation avec ses fournisseurs, et lui permet de savoir s'il doit augmenter le prix de ses produits, si cette augmentation est possible compte tenu du marché, etc.

Calcul de la marge commerciale

Le solde intermédiaire de gestion appelé marge commerciale est calculé selon la formule suivante :

Vente nettes de marchandises – Coût d’achat des marchandises vendues.

Ce SIG doit être mesuré pour chaque ligne de produits ou de marchandises pour donner la possibilité de distinguer le produit qui participe le plus pour une entreprise à réaliser une bonne marge commerciale ou inversement.

La production de l'exercice

La production de l'exercice désigne un solde intermédiaire de gestion qui intéresse les entreprises qui achètent des produits ou des marchandises et les transforment avant de les revendre, soit des entreprises artisanales et industrielles qui exercent une activité de production.

Cet indicateur prend en compte la production stockée (les produits fabriqués stockés en attente d'être vendus) et celle qui est immobilisée, c'est-à-dire les travaux réalisés par l'entreprise pour son compte (la construction d'une machine, par exemple).

Calcul de la production de l'exercice

La production de l'exercice se calcule grâce à la formule suivante :

Production vendue (en termes de prix de vente) + ou - Production stockée + Production immobilisée (toutes deux évaluées en prix de revient ou en coût de production).

Mais, en matière de solde intermédiaire de gestion, c'est ce que l'on appelle la marge brute de la production de l'exercice qui est intéressante à mesurer. Cette dernière est calculée de cette manière :

Production de l’exercice - Coût d’achat des matières premières consommées

Le calcul de la marge brute de la production de l'exercice permet à un entrepreneur d'évaluer la politique d'approvisionnement de son entreprise (choix des fournisseurs, prix auquel sont achetées les matières premières nécessaires à la production des produits ou marchandises, etc.).

La valeur ajoutée

La valeur ajoutée est un indicateur qui mesure la richesse que crée une entreprise grâce à son activité et qui lui sert à fonctionner (autofinancement de l'entreprise, paiement des impôts et des taxes, rémunération du personnel, etc.). C'est pourquoi la valeur ajoutée d'une entreprise doit être la plus élevée possible.

La valeur ajoutée constitue un solde intermédiaire de gestion intéressant à connaître en particulier lorsqu'elle est mesurée par segment ou branche d'activité d'une entreprise. Ainsi, la valeur ajoutée donne une indication sur les composantes qui permettent de créer de la valeur.

Calcul de la valeur ajoutée

La valeur ajoutée s'obtient grâce à la formule suivante :

Marge commerciale + Production de l’exercice - Consommations de l’exercice en provenance de tiers.

On entend par "consommations de l'exercice en provenance de tiers" les biens et services achetés à des tiers externes à l'entreprise pour faire fonctionner son activité.

L'excédent brut d’exploitation (EBE)

L'excédent brut d’exploitation (EBE) est un indicateur qui permet de mesurer la performance économique d'une entreprise après le paiement des impôts indirects et des charges de personnel. Autrement dit, l'EBE indique la rentabilité d'une entreprise générée par son activité courante, un élément qui peut aussi être mesuré grâce à un autre indicateur créé aux États-Unis, l'Ebitda qui veut dire en anglais "Earnings Before Interest, Tax, Depreciation, and Amortization" ou "Bénéfice Avant Intérêts, Impôts, Dépréciation et Amortissement (BAIIDA)" en français.

L'EBE est notamment utilisé pour comparer les entreprises d'un même secteur d'activité entre elles car ce solde intermédiaire de gestion ne prend pas en compte les charges financières et les événements exceptionnels propres à chacune d'elles, ainsi que les choix en matière d'investissements de chaque chef d'entreprise, par exemple.

Calcul de l'excédent brut d’exploitation

Pour calculer le solde intermédiaire de gestion représenté par l'excédent brut d’exploitation, il faut utiliser cette formule :

Valeur ajoutée + Subvention d’exploitation - Impôts, taxes et versements assimilés - Charges de personnel.

L'excédent brut d'exploitation peut être positif ou négatif. Dans ce dernier cas, ce résultat peut être dû à une marge commerciale trop faible, à une masse salariale trop élevée ou encore à un nombre insuffisant de ventes de produits ou de services qui ne permettent pas de couvrir les charges fixes d'une entreprise.

Le résultat d’exploitation

Le résultat d'exploitation désigne un solde intermédiaire de gestion qui renseigne sur les ressources générées par une entreprise sans prendre en compte les éléments comptables financiers et exceptionnels, mais seulement sa politique d'amortissement de ses investissements.

Calcul du résultat d'exploitation

Le résultat d'exploitation se calcule avec la formule suivante :

Excédent brut d’exploitation + Reprises sur charges d’exploitation + Transferts de charges d’exploitation + Autres produits de gestion - Dotations aux amortissements et aux provisions - Autres charges de gestion.

Le résultat courant avant impôts

Le résultat courant avant impôts est un solde intermédiaire de gestion qui correspond à la somme du résultat d’exploitation et du résultat financier d'une entreprise.

Contrairement au résultat d'exploitation, cet indicateur prend en compte également les activités financières d'une entreprise, et pas seulement sa fonction production.

Calcul du résultat courant avant impôts

Le résultat courant avant impôts se calcule grâce à la formule suivante :

Résultat d’exploitation + Produits financiers - Charges financières.

Le résultat exceptionnel

Comme son nom l'indique, le résultat exceptionnel est un solde intermédiaire de gestion qui informe de la performance d'une entreprise en considérant seulement les opérations à caractère exceptionnel. Il peut s'agir, par exemple, de la vente d'actifs (d'une machine, d'un véhicule, etc.) ou de charges exceptionnelles telles que, par exemple, des amendes fiscales ou des frais engendrés par des licenciements.

Bref, ce solde intermédiaire de gestion mesure des opérations qui ne sont pas liées à la gestion courante d'une entreprise.

Calcul du résultat exceptionnel

Le résultat exceptionnel est un solde intermédiaire de gestion qui se calcule facilement puisqu'il est égal à :

Produits exceptionnels - Charges exceptionnelles.

Le résultat net

Le résultat net d'un exercice comptable d'une entreprise est un solde intermédiaire de gestion qui permet de mesurer sa rentabilité nette car il représente ce dont une entreprise dispose réellement une fois toutes ses charges et ses produits comptabilisés, y compris l'éventuel versement aux salariés d'une participation aux résultats de l'entreprise et le paiement des impôts sur les bénéfices dus.

Calcul du résultat net

La formule à utiliser pour calculer le résultat net est :

Résultat courant avant impôts + ou - Résultat exceptionnel - Participation des salariés aux résultats de l’entreprise - Impôts sur les bénéfices.

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Dossiers similaires

  • Quelle différence entre hard discount et soft discount ? Quelle différence entre hard discount et soft discount ? Le discount, vous en êtes plutôt familier : ces entrepôts rarement bien éclairés qui proposent des produits dans des cartons ou sur des palettes à des prix défiant toute concurrence. Et le...
  • Qu'est-ce que la TVA déductible ? Qu'est-ce que la TVA déductible ? La TVA – taxe sur la valeur ajoutée – est un impôt indirect appliqué sur la consommation qui est bien connu de tous. Mais la TVA regroupe en réalité plusieurs notions pour une entreprise....