Vous êtes ici : Les dossiers du Mag de l'Entreprise > Gestion & Finance > Prévisionnel financier : comment le construire de façon crédible ?

Prévisionnel financier : comment le construire de façon crédible ?

Prévisionnel financier : comment le construire de façon crédible ?

Le prévisionnel financier fait partie intégrante du business plan nécessaire à la création d’entreprise. Souvent boudé par les entrepreneurs en raison de son apparente complexité, il est pourtant important pour avoir une vision claire de l’avenir.

Le prévisionnel financier est également incontournable pour rechercher un financement bancaire, car il sera exigé lors de l’étude de votre dossier d’emprunt. Alors, sachez le mettre en place pour gagner en crédibilité dès le lancement de votre activité.

Qu’est-ce que le prévisionnel financier ?

Le prévisionnel financier constitue une partie indispensable du business plan. Il a pour vocation d’étayer l’intérêt de l’entreprise en matérialisant ses besoins de financements et sa rentabilité via des tableaux comptable prévisionnels.

Utilité du prévisionnel

Pour s’assurer de la faisabilité de son projet d’entreprise, le créateur a tout intérêt à établir un prévisionnel financier. Ce document va lui permettre de visualiser de façon synthétique l’équilibre financier de sa future entreprise.

Cette étape n’est pas à négliger, puisqu’elle permet au créateur de prendre du recul avant de se lancer corps et âme dans un projet qui ne serait pas viable. C’est le moment d’ajuster ses besoins, de valider son projet, de le redéfinir ou d’y renoncer.

Par ailleurs, le prévisionnel permet d’ouvrir de nouvelles portes, comme :

  • L’accès à l’emprunt bancaire professionnel
  • L’appel à financement participatif
  • L’entrée au capital des investisseurs
  • La négociation de délais de paiement aux fournisseurs

Contenu du prévisionnel

Le prévisionnel financier correspond à une projection réaliste de la comptabilité de l’entreprise pour les trois années à venir. Ainsi, il doit schématiser de façon argumentée les résultats futurs de l’entreprise.

En conséquence, il contiendra les éléments suivants :

  • Bilans comptables prévisionnels
  • Comptes de résultat prévisionnels
  • Soldes intermédiaires de gestion prévisionnels
  • Plans de financement prévisionnels
  • Budgets de trésorerie prévisionnels
  • Annexes prévisionnelles (TVA, immobilisations, charges sociales, etc.)

Il est recommandé de conclure le prévisionnel financier par des états synthétiques explicitant le seuil de rentabilité de l’entreprise. Il s’agit là de l’élément le plus déterminant pour vos partenaires financiers.

Un prévisionnel crédible, c’est un prévisionnel réaliste

Pour créer un bon prévisionnel, sur lequel les investisseurs ont envie de vous suivre, la règle d’or est le réalisme. Inutile de gonfler les chiffres pour faire miroiter des revenus gonflés à bloc. Non, ce qui sera analysé avant tout est le seuil de rentabilité du projet.

L’adéquation homme projet

L’adéquation homme projet est essentielle. La définition de l’homme est ici vue au sens large, il s’agit du porteur de projet, de ses associés, de son équipe et de leurs compétences.

Le futur chef d’entreprise doit savoir de quoi il parle et montrer que son projet est économiquement faisable. Il faut comprendre que les chiffres, même calculés au plus près, sont rarement exacts.

En revanche, un modèle comptable réaliste n’oublie ni les entrées ni les charges. Dans cette logique, le prévisionnel vise avant tout à vérifier que le seuil de rentabilité sera atteint à temps. Pour rappel, le seuil de rentabilité correspond au point mort, c’est-à-dire au moment où le résultat de l’entreprise est à zéro (total des charges = total des produits).

La faisabilité du projet

Pour atteindre le seuil de rentabilité, il est nécessaire que les chiffres évoqués dans le prévisionnel soient sourcés. On doit donc pouvoir en déterminer l’origine. Celle-ci peut naître de la reprise d’une entreprise ou d’un fonds de commerce, ou bien d’une étude de marché.

Et bien entendu, pour qu’un chiffre d’affaires soit atteint, il est nécessaire de s’en donner les moyens. Ainsi, il faut écarter les prévisions statistiques qui ne reposent sur aucun investissement.

Par exemple, la présence de votre point de vente physique dans une rue passante n’apporte pas de crédibilité à votre projet si vous êtes pisciniste et que votre zone de chalandise est constituée de ménages vivant en appartement. De même, la création du plus beau site internet n’est rien si celui-ci n’est pas visible de vos prospects, etc.

Conseils à suivre pour construire un bon prévisionnel

Pour convaincre, la transparence et la sincérité sont cruciales. Il est donc de bon ton d’établir un prévisionnel en prenant comme repère la partie haute des charges et la partie basse des entrées d’argent. Pour cela, suivez ces 3 conseils :

  • Partir sur des bases solides : l’étude de marché, les chiffres sectoriels et l’analyse de la concurrence sont à prendre en compte
  • Être objectif : le réalisme est de mise, avoir les pieds sur terre en prévoyant un prévisionnel « pessimiste » permet de faire face aux aléas de l’entrepreneur
  • Estimer ses besoins de trésorerie : votre budget est insuffisant pour vous lancer dans les meilleures conditions, qu’à cela ne tienne, sollicitez un crédit bancaire

Votre projet est viable malgré le pire scénario ? Vous êtes sur la bonne voie et avez déjà la vision d’un entrepreneur. Vous démontrez votre aptitude à rebondir dans les situations compliquées et à redresser la barre. À noter que rien ne vous empêche d’établir deux prévisionnels : le premier est pessimiste, le second est optimiste. La vérité se situe sans doute entre les deux !

En définitive, pour construire un prévisionnel crédible, le besoin en investissement, matériel et humain, ne doit pas être occulté. Mieux vaut atteindre le seuil de rentabilité après plusieurs mois ou années d’existence que ne jamais l’atteindre avec des données chiffrées fantaisistes et irréalistes…

Qui construit le prévisionnel ?

Le porteur de projet doit nécessairement s’implique dans la construction de son prévisionnel pour augmenter sa crédibilité. En revanche, s’impliquer ne signifie pas s’improviser comptable, loin de là.

Pour les petits projets, notamment d’entreprise individuelle ou de société familiale, l’entrepreneur peut utiliser des outils comptables payants pour construire lui-même son prévisionnel, surtout s’il a déjà de solides notions des chiffres ou s’il est épaulé.

Pour les projets d’envergure, ou quand le besoin de financement est indispensable à la création d’entreprise, solliciter un conseiller spécialisé en accompagnement d’entreprise ou un expert-comptable est vivement recommandé.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : SHtyvn

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires