Vous êtes ici : Les dossiers du Mag de l'Entreprise > Gestion & Finance > Comment vendre une entreprise (TPE ou PME) ?

Comment vendre une entreprise (TPE ou PME) ?

Comment vendre une entreprise (TPE ou PME) ?

Vendre une entreprise se prépare bien en amont. L’anticiper, c’est assurer sa valorisation et la céder au moment opportun. La vente d’une entreprise ne se fait pas en un jour. Elle demande du temps et de l’énergie. On considère généralement qu’il faut au minimum un an pour vendre une entreprise. Nos conseils pour aborder au mieux cette étape dans la vie d’un chef d’entreprise.

Bien anticiper la vente de son entreprise

La décision de vendre son entreprise ne se prend pas à la légère. Il est nécessaire de se poser les bonnes questions pour savoir si c’est effectivement le bon moment pour céder sa société. D’abord, le chef d’entreprise doit bien anticiper l’après-vente en définissant clairement ses objectifs personnels une fois l’entreprise vendue. Ensuite, en présence de plusieurs associés, il faut s’assurer qu’ils sont tous d’accord pour réaliser cette vente.

Enfin, il est important de bien réfléchir à quels types de professionnels on souhaite revendre son entreprise en termes de profil et de compétences. L’avenir des salariés doit aussi entrer en compte. À noter que dans les entreprises de moins de 50 salariés, ces derniers doivent être informés de la cession de la société au plus tard 2 mois à l’avance afin de leur permettre de présenter une offre de rachat commune ou individuelle éventuelle.

Bien déterminer le périmètre de la vente

Il est primordial de bien définir le périmètre de la cession de son entreprise, c’est-à-dire préciser ce que vous souhaitez vendre entre un seul fonds de commerce, un fonds de commerce et les murs, des parts sociales, des éléments de l’actif ou encore une partie seulement de l’activité de l’entreprise.

Déterminer la valeur d’une entreprise avant de la vendre

Connaître la valeur de son entreprise est déterminant pour envisager sa vente. C’est elle qui va notamment permettre de définir son prix de vente. Cette valeur est estimée à partir de la rentabilité, c’est-à-dire le rapport entre le résultat comptable et le chiffre d’affaires, actuelle et à venir de l’entreprise. Une entreprise en vente doit pouvoir afficher de bons résultats, ainsi que de belles perspectives d’avenir, pour que l’opération se déroule dans les meilleures conditions. Plus l’entreprise sera au top de sa forme, plus elle se vendra mieux et plus facilement.

Élaborer un business plan

Pour attirer les acheteurs, il est important de mettre en valeur son entreprise et de décrire réellement sa santé économique. Un business plan s’avère être un très bon outil pour atteindre ces objectifs. Ce document permet en effet de lister les forces de l’entreprise, de mettre en avant son savoir-faire, de décrire son positionnement sur le marché et de détailler sa stratégie.

Un business plan donne également la possibilité de montrer que l’entreprise à vendre est une entreprise qui a obtenu de bons résultats grâce aux actions qui ont été entreprises par ses dirigeants, et, au final, qu’elle représente un investissement de qualité et fiable, ainsi qu’un placement intéressant pour son nouvel acquéreur.

Faire jouer la concurrence entre acheteurs

Une entreprise se vendra d’autant mieux pour ses dirigeants si plusieurs acheteurs sont intéressés. Même si un prix de vente a été fixé, il est plus probable qu’il sera supérieur à cette première mise à prix si plusieurs acheteurs se concurrencent pour la racheter. Des cabinets spécialisés dans la vente d’entreprises sont les meilleurs alliés pour réussir ce type d’opération. Vendre une entreprise demande en effet du temps et de l’énergie. Il faut également connaître tous les rouages qui permettent de vendre au meilleur prix sa société. En faisant appel à des professionnels spécialisés dans la vente et la cession d’entreprises, vous êtes assurés de voir s’appliquer les techniques de commercialisation et de négociations les plus performantes.

Les étapes de la procédure de vente d’une entreprise

La vente d’une entreprise répond à une succession de démarches dont nous mentionnons ici les principales étapes. Pour connaître leur détail, l’Agence France entrepreneur (AFE) met à disposition sur son site Internet un guide complet « Du cédant au repreneur ».

Le compromis de vente

Lorsqu’un acquéreur est intéressé par l’entreprise en vente, il doit rédiger une lettre d’attention d’achat. Ensuite, un compromis de vente est signé sous conditions d’obtention d’un crédit pour l’acquéreur et de la réalisation d’un audit de l’entreprise.

La signature du contrat de vente ou du protocole d’accord

Le contrat de vente, ou protocole d’accord, d’une entreprise doit contenir des garanties qui assurent à l’acheteur que les comptes et les résultats de l’entreprise sont bien conformes à ceux annoncés par le vendeur. À défaut, ce dernier peut être contraint de dédommager l’acheteur.

Le contrat de vente spécifie généralement une clause de non-concurrence qui oblige le vendeur à ne pas recréer une activité qui pourrait entrer en concurrence avec celle de son ancienne entreprise.

Les formalités administratives

Le chef d’entreprise qui vend sa société doit déclarer dans les 30 jours sa fin d’activité soit auprès du greffe du tribunal de commerce dont l’entreprise dépend, soit au Centre de formalités des entreprises (CFE) compétent en fonction de la nature de l’activité de la société.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : nqbFTS

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires