Vous êtes ici : Les dossiers du Mag de l'Entreprise > Produits & Services > Crédit Professionnel > Crédit professionnel pour profession libérale : conseils et simulation

Crédit professionnel pour profession libérale : conseils et simulation

Crédit professionnel pour profession libérale : conseils et simulation

Les entreprises sollicitent des solutions de financement tout au long de leur cycle d’exploitation. Le crédit professionnel est l’une d’elles. Les professionnels exerçant en libéral peuvent également y prétendre pour financer du matériel ou un bien immobilier par exemple.

Les libéraux ne disposent pas d’un salaire fixe et garanti. Leur rémunération dépend de leur seule activité. Cette situation professionnelle pose parfois quelques difficultés lors de l’octroi d’un prêt professionnel. Les banques sont moins enclines à prêter avec un statut d’indépendant. Avec quelques garanties à fournir et un financement adapté aux besoins, il est cependant possible d’obtenir un crédit. Focus sur le crédit professionnel pour profession libérale.

Qu’est-ce qu’une profession libérale ?

Quel que soit leur statut (EI, microentreprise ou société), les professionnels exerçant en libéral sont des travailleurs indépendants. Ils délivrent des prestations de soins, techniques ou intellectuelles. Ils exercent sous leur seule responsabilité, sans hiérarchie, mais peuvent employer un ou plusieurs salariés. Les métiers sont variés et parfois réglementés comme les médecins, les avocats ou les agents d’assurances. Ces professions sont régies par un ordre et nécessitent un diplôme pour leur exercice. D’autres professions libérales non réglementées existent comme les métiers de coaching ou de conseil par exemple.

Qu’ils exercent une profession libérale réglementée ou non, ces indépendants ont besoin quelquefois d’obtenir un prêt professionnel. Il peut être souscrit pour commencer une activité, pour financer du matériel ou pour acquérir des locaux professionnels. Un crédit professionnel pour profession libérale sert également à financer l’extension de l’entreprise, un besoin de trésorerie ou encore des brevets, des logiciels ou un droit d’entrée de franchise. Les projets et investissements financés avec un crédit professionnel sont multiples. La taille de l’entreprise n’a pas d’incidence sur l’octroi du prêt.

Quels sont les types de crédit professionnel pour profession libérale ?

Nous l’avons vu ci-dessus, les projets à financer avec un crédit professionnel pour profession libérale sont divers. En principe, un prêt professionnel correspond à un type de projet ou d’investissement. Parmi les plus courants, citons :

  • Le prêt amortissable, à taux fixe ou variable, est le crédit classique avec un fonctionnement identique à celui des particuliers : un capital et des intérêts remboursés avec une mensualité et une durée déterminées.
  • Le crédit renouvelable permet d’avoir une réserve d’argent permanente. Les taux d’intérêt sont très élevés.
  • Le crédit de trésorerie sert à pallier un besoin de trésorerie ponctuel.
  • Le crédit-bail ou leasing s’utilise pour financer les actifs de l’entreprise comme un véhicule ou du matériel. Il s’agit d’une location avec option d’achat à l’issue du prêt.
  • Le crédit immobilier classique ou le prêt in fine sert à financer l’acquisition d’un bien immobilier en vue d’un investissement ou pour les locaux de l’entreprise.

Quelles conditions exigent les banques pour l’obtention d’un crédit professionnel pour profession libérale ?

Avant d’accorder un crédit professionnel pour profession libérale, l’établissement prêteur exige un certain nombre de conditions. Il vérifie notamment la santé financière de l’entreprise pour estimer sa capacité à rembourser à plus ou moins long terme. C’est avec un prévisionnel, un business plan et les derniers bilans comptables que sont évaluées la solvabilité du professionnel libéral et sa capacité à s’autofinancer. Le secteur d’activité et l’ancienneté de l’entreprise peuvent influencer l’octroi d’un crédit professionnel. Certaines professions sont plus à risque que d’autres. Plus une société est ancienne, moins elle s’expose, en principe, à des défaillances financières.

Hormis un crédit-bail qui peut être financé sans apport, les banques exigent un apport de fonds propres avec un crédit professionnel pour profession libérale. C’est en principe le cas avec un prêt octroyé pour une aide à la création d’une entreprise. Il correspond à 20, voire 30 % du capital nécessaire. Une garantie est également demandée. Il s’agit d’une caution personnelle, solidaire ou mutuelle. Avec un prêt immobilier, la garantie est en principe une garantie hypothécaire. Enfin une assurance emprunteur est nécessaire pour garantir le décès ou l’invalidité du professionnel libéral.

Un simulateur et un comparateur en ligne pour trouver un crédit professionnel pour profession libérale

Pour estimer son éligibilité à un crédit professionnel, quel que soit le type de prêt, le libéral utilise un simulateur en ligne. Après avoir renseigné la dénomination de l’entreprise, le SIRET, l’activité et des informations sur le projet, il obtient un aperçu de la faisabilité de son emprunt. Cet outil gratuit et sans engagement permet d’obtenir une première idée des conditions de son financement avec notamment :

  • le taux d’intérêt ;
  • le montant des mensualités ;
  • le coût total du crédit.

Il n’a plus qu’à comparer les offres de crédit professionnel qui lui sont proposées comme le ferait un particulier. La mise en concurrence des offres est le meilleur moyen d’obtenir un taux compétitif et de négocier les frais annexes.

Simulation d’un crédit professionnel pour profession libérale en vue d’un achat de matériel

Capital emprunté

Durée du prêt

TAEG

Mensualité

Coût total du crédit

40 000 €

3 ans

4 %

1 180,96 €

42 514,54 €

Simulation d’un crédit professionnel pour profession libérale en vue d’un achat de murs commerciaux

Capital emprunté

Durée du prêt

TAEG

Mensualité (hors assurance)

Coût total du crédit (hors assurance)

200 000 €

10 ans

2 %

1 837,58 €

220 509,99 €

Pour obtenir un crédit professionnel pour profession libérale, l’emprunteur suit quelques conseils comme :

  • Définir son projet ou ses besoins pour choisir le crédit professionnel adéquat.
  • Préparer un business plan irréprochable.
  • Avoir une bonne santé financière.
  • Comparer les offres du marché.
  • Présenter un dossier complet.
  • Défendre son projet en toute transparence auprès de l’établissement bancaire choisi.

Le libéral peut également solliciter les services d’un courtier indépendant. Sa connaissance experte du marché du crédit professionnel est un atout pour préparer un dossier capable de séduire les organismes prêteurs.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : jGXhP4

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires