Vous êtes ici : Les dossiers du Mag de l'Entreprise > Produits & Services > Crédit Professionnel > Crédit professionnel pour PME/PMI : conseils et simulation

Crédit professionnel pour PME/PMI : conseils et simulation

Crédit professionnel pour PME/PMI : conseils et simulation

La recherche de moyens de financement, en raison de liquidités souvent insuffisantes, s’avère capitale pour la pérennité des PME/PMI.

L’apport en compte courant d’associés ou en fonds propres n’est pas toujours possible. Les PME/PMI recourent donc au crédit professionnel pour financer un manque de trésorerie, un investissement de développement et même une transmission. Fin août 2021, selon les chiffres de la Banque de France, les encours crédits des entreprises atteignent près de 1200 milliards d’euros. Pour alimenter leur cycle d’exploitation courant ou créer une entreprise, le crédit professionnel pour PME/PMI fait partie des solutions de financement. À suivre nos explications.

À quelles occasions les PME/PMI recourent-elles au crédit professionnel ?

Le crédit professionnel est un moyen de financement exclusivement accordé aux personnes morales ou physiques exerçant une activité professionnelle. Peu importe le secteur d’activité ou la taille de l’entreprise, en principe toutes les PME/PMI peuvent y recourir. Les raisons de solliciter un crédit professionnel pour PME/PMI sont nombreuses. Elles concernent les diverses étapes d’évolution de l’entreprise : la création, l’exploitation, le développement, la transmission et même la reprise d’une activité. Parmi les exemples de financement possibles avec un crédit professionnel, citons pêle-mêle :

  • l’achat de matériel, outillage et machines ;
  • l’acquisition de locaux professionnels, d’entrepôts ou de bureaux ;
  • le financement de véhicules ;
  • l’acquisition de brevets ou licences ;
  • l’achat d’un fonds de commerce ;
  • le financement d’un manque de trésorerie
  • l’acquisition de parts sociales ou actions, etc.

Quels types de crédit professionnel existent pour PME/PMI ?

À chaque type de projets ou besoins correspond en principe un type de crédit professionnel pour PME/PMI adéquate. Les crédits professionnels se distinguent, comme ceux dédiés aux particuliers, par un taux d’intérêt, une durée de remboursement, une mensualité et un coût global. Afin de limiter les risques de défaillance des PME/PMI, les banques ou organismes de crédit exigent pour leur octroi un certain nombre de conditions dont :

  • Une garantie : hypothécaire, cautionnement, nantissement, etc.
  • Une assurance emprunteur.
  • Un apport personnel, etc.

Voici en détail les crédits professionnels pour PME/PMI les plus courants.

Le crédit bancaire professionnel amortissable

Crédit professionnel à court, moyen ou long terme, le prêt bancaire amortissable finance divers besoins : véhicule, matériel, stock, etc. Le capital assorti des intérêts est remboursé chaque mois avec une échéance fixe. Un contrat détermine les conditions d’amortissement notamment la durée et le TEG.

Le crédit-bail ou leasing

Avec le crédit-bail, les PME/PMI louent un bien mobilier ou immobilier à un crédit-bailleur en contrepartie d’un paiement mensuel. Elles jouissent de biens sans en être propriétaires, ce qui leur évite de mobiliser du capital. À l’issue du leasing, une option d’achat est envisageable.

Le crédit renouvelable

Le crédit renouvelable dédié aux professionnels est une réserve d’argent utilisable librement pour n’importe quel besoin. Le remboursement n’intervient qu’au déblocage de l’argent. Il doit se faire à très court terme en raison de taux d’intérêt élevés.

L’affacturage

Pour financer un besoin ponctuel ou permanent de trésorerie, les PME/PMI utilisent la mobilisation de créances avec une solution d’affacturage. Elles cèdent leurs factures à une société spécialisée appelée factor. En contrepartie de commissions, le factor avance à l’entreprise tout ou partie de leur financement en moins de 48 h.

Le crédit de trésorerie

Le crédit de trésorerie sert, comme son nom l’indique, à financer à court terme un besoin de trésorerie. En raison de taux d’intérêt élevés, son utilisation doit être ponctuelle avec un remboursement très rapide. Trois types de crédit de trésorerie sont possibles : le découvert autorisé, la facilité de caisse ou le crédit de campagne.

Le crédit immobilier professionnel

Idem à celui octroyé aux particuliers, le crédit immobilier professionnel sert à financer les investissements immobiliers des PME/PMI. Capacité d’emprunt, solvabilité, apport, garantie, les conditions exigées avec ce type de prêt sont nombreuses.

Le prêt in fine

Le prêt in fine, destiné aux PME/PMI dotées d’une grande capacité financière, finance également les investissements immobiliers. Sa particularité réside dans le fait que le capital est remboursé en une seule fois à la fin du crédit. Seuls les intérêts et l’assurance sont amortis chaque mois.

Quels conseils pour obtenir plus facilement un crédit professionnel pour PME/PMI ?

Pour obtenir un crédit professionnel, les PME/PMI ne doivent pas nécessairement bénéficier d’un apport. Mais le projet doit être précis et solide. La capacité d’emprunt et donc la solvabilité de l’entreprise doivent être irréprochables. Le dirigeant est rigoureux dans l’élaboration de son plan de financement pour convaincre les établissements financiers. Ces derniers souhaitent prendre un minimum de risque pour limiter les défauts de remboursement. Quelques conseils sont à suivre pour obtenir un crédit professionnel pour PME/PMI dans les meilleures conditions.

Conseil n°1 : définir son projet pour choisir le bon financement

La PME/PMI doit déterminer précisément son besoin pour définir au mieux le type de financement adéquat. Prêts à court, moyen ou long terme, capital, mais aussi durée et mensualité, les caractéristiques du crédit professionnel s’établissent par anticipation.

Conseil n°2 : préparer un dossier solide

Le dossier comprend plusieurs parties. La première concerne les documents classiques comme l’identité, le KBIS, les bilans, les avis d’imposition, etc. La seconde comprend généralement le plan de financement sous forme de prévisionnel économique et financier. Il s’agit également de fournir un business plan complet et rigoureux lors d’une demande de crédit professionnel en vue d’une création d’entreprise. Tous ces éléments préparés en amont de l’entretien avec le banquier jouent en faveur du dirigeant. Il a tout intérêt à mettre en confiance et présenter une situation financière stable et saine.

Conseil n°3 : comparer les offres de crédit professionnel

Pour trouver le meilleur crédit professionnel adapté à son projet, le dirigeant de la PME/PMI met en concurrence les offres présentes sur le marché. Avec un comparateur en ligne ou en mandatant un courtier expert indépendant, il obtient rapidement des propositions personnalisées avec un taux d’intérêt compétitif.

Conseil n°4 : convaincre le partenaire financier choisi

Après avoir défini son projet, préparé son dossier et choisi un partenaire financier, le dirigeant de la PME/PMI doit se montrer convaincant lors de sa présentation au banquier. L’entretien est une étape cruciale. Le dirigeant soigne son apparence, son langage et peaufine ses arguments. Rien ne doit être laissé au hasard lors de ce rendez-vous professionnel. Le but est de donner confiance quant à sa capacité de remboursement et la rentabilité de son entreprise.

La simulation d’un crédit professionnel pour PME/PMI, pourquoi est-ce un prérequis important ?

Avant de se lancer dans la mise en concurrence des offres de crédit professionnel pour PME/PMI, le dirigeant évalue la faisabilité de son projet. La simulation de son financement est un prérequis essentiel. Elle détermine son éligibilité au crédit. Avec l’aide d’un simulateur en ligne, il obtient gratuitement et rapidement un aperçu des conditions du prêt envisageable :

  • le montant du capital ;
  • le montant de la mensualité ;
  • le TEG : taux d’intérêt, taux d’assurance et frais annexes ;
  • la durée du crédit ;
  • le coût total du crédit.

Les banquiers la réalisent systématiquement avant toute demande de crédit professionnel pour PME/PMI. Il est inutile de perdre du temps quand la simulation n’est pas favorable.

Exemple d’une simulation d’un crédit professionnel pour PME/PMI : achat de deux véhicules avec un prêt amortissable

Capital emprunté

Durée du crédit

TAEG

Mensualité (hors assurance)

Coût total du crédit (hors assurance)

50 000 €

36 mois

2,5 %

1 443,07 €

51 950,48 €

Exemple d’une simulation d’un crédit professionnel pour PME/PMI : financement de murs commerciaux avec un prêt immobilier

Capital emprunté

Durée du crédit

TAEG

Mensualité (hors assurance)

Coût total du crédit (hors assurance)

200 000 €

120 mois

2 %

1 840,27 €

220 832,29 €

Si malgré le suivi de ces conseils, la PME/PMI subit un refus de crédit professionnel, elle peut se tourner vers une solution de financement participatif ou crowdfunding. Elle peut aussi solliciter la banque d’investissement publique BPI France ou la Médiation du crédit et même en dernier recours la Banque de France. Pour préparer un dossier solide et mettre toutes les chances de son côté, la PME/PMI mandate un courtier expert indépendant. Sa solide connaissance du marché du crédit professionnel et son réseau de partenaires facilitent les négociations et l’obtention d’un financement.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : FPzSaB

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires