Vous êtes ici : Les dossiers du Mag de l'Entreprise > Produits & Services > Crédit Professionnel > Crédit professionnel pour artisan : conseils et simulation

Crédit professionnel pour artisan : conseils et simulation

Crédit professionnel pour artisan : conseils et simulation

Les liquidités ou fonds propres manquent souvent aux artisans pour optimiser un BFR, commencer une activité ou tout simplement investir. Le recours est de solliciter un crédit professionnel pour artisan.

De plusieurs types, prêt classique, crédit renouvelable ou encore leasing, ils s’adaptent aux besoins et aux projets des professionnels. Nous abordons dans cet article les raisons de souscrire un crédit professionnel pour artisan et leurs types, mais aussi quelques conseils pour en obtenir un dans les meilleures conditions.

Pourquoi recourir au crédit professionnel pour artisan ?

Le crédit professionnel pour artisan permet de financer tous types de projets ou de besoins d’ordre professionnel. Les artisans peuvent y souscrire pour :

  • La création d’une entreprise.
  • La reprise d’une entreprise ou d’une activité pour agrandir l’existante.
  • Les investissements immobiliers : bureaux, entrepôts, locaux commerciaux, etc.
  • Les investissements corporels : véhicules, matériels, machines, etc.
  • Les investissements incorporels : brevets, licences, fonds de commerce, etc.
  • Le financement ponctuel ou récurrent de la trésorerie, etc.

Les raisons sont nombreuses. Le crédit professionnel aide les artisans à développer leur entreprise et à la pérenniser dans les meilleures conditions financières tout au long de son cycle d’exploitation. Des conditions sont exigées pour l’obtention comme un apport d’au moins 20 % avec un prêt professionnel d’aide à la création et reprise d’entreprise ou encore une solvabilité exemplaire. Le crédit professionnel pour artisan est un soutien financier important quand l’apport en capitaux n’est pas toujours possible.

Quels sont les types de crédit professionnel pour artisan ?

Il existe plusieurs types de crédit professionnel pour artisan. Chacun dispose de particularités. Ils s’adaptent à la nature du financement souhaité en fonction du type de projet. Ils sont délivrés par des établissements agréés comme les banques généralistes ou des organismes spécialisés en crédit. Voici les six principaux crédits professionnels pour artisan.

Le prêt amortissable professionnel

Ce crédit fonctionne comme celui destiné aux particuliers avec la souscription d’une assurance. L’artisan rembourse une mensualité à taux fixe durant une période déterminée. Il finance des biens corporels ou incorporels par exemple.

Le crédit-bail ou leasing

Ce type de crédit professionnel permet de louer un véhicule ou un des locaux (crédit-bail immobilier) à une société de leasing, le crédit-bailleur. L’artisan jouit d’équipements sans en être le propriétaire. À l’issue du contrat, de 3 à 7 ans, il les restitue ou les rachète. C’est ce qu’on appelle une option d’achat.

Le crédit renouvelable

Ce crédit constitue une réserve d’argent dans laquelle l’artisan peut piocher en fonction de ses besoins comme un BFR. L’artisan rembourse uniquement quand il débloque une somme d’argent. Le crédit renouvelable coûte cher en raison d’intérêts élevés, mais offre une grande flexibilité et liberté d’action.

Le crédit de trésorerie

Comme son nom l’indique, le crédit de trésorerie sert à financer un manque de trésorerie ponctuel ou permanent. Comme le crédit renouvelable, il doit être utilisé à court terme, car les intérêts sont élevés. Il peut être un découvert autorisé, une facilité de caisse ou un crédit de campagne.

Le crédit immobilier professionnel

Ce type de prêt revêt les mêmes caractéristiques que le crédit immobilier destiné aux particuliers. Il nécessite des garanties comme un cautionnement ou une hypothèque, mais aussi un apport en fonds propres et une assurance emprunteur (décès et invalidité de l’artisan).

Le prêt in fine

Le prêt in fine professionnel finance un bien immobilier. Sa particularité réside dans le fait que seuls les intérêts d’emprunt et l’assurance sont remboursés à échéance régulière pendant une durée déterminée. Le capital lui est remboursé en une seule fois à l’issue du crédit, in fine. Il est intéressant fiscalement pour les entreprises dotées d’une grande capacité financière.

Quels conseils suivre pour trouver un crédit professionnel pour artisan ?

Il peut être compliqué pour un artisan de rechercher un financement. Il faut savoir convaincre du bien-fondé de son dossier et sur la capacité financière de son entreprise. Le premier réflexe est de solliciter son banquier. C’est son rôle d’accompagner les entrepreneurs débutants ou expérimentés. Si l’artisan n’a pas encore de banque, qu’il se rassure. Les banques recherchent constamment de nouveaux clients. Un artisan avec une activité à fort potentiel est un atout pour obtenir les fonds nécessaires. Voici quelques conseils à suivre pour obtenir un crédit professionnel pour artisan dans les meilleures conditions.

Conseil n°1 : définir correctement ses besoins

L’artisan doit définir exactement son projet pour opter pour le financement adapté. Cette analyse lui permettra de déterminer avec précision plusieurs éléments comme :

  • le capital nécessaire ;
  • la durée du crédit professionnel court, moyen ou long terme ;
  • la mensualité maximale ;
  • l’apport ;
  • les garanties obligatoires, etc.

Conseil n° 2 : préparer un dossier structuré et clair

La fiabilité du dossier est indispensable. L’artisan doit réunir tous les documents exigés afin de ne pas perdre de temps. Cette préparation témoigne de la rigueur du chef d’entreprise. La banque a besoin d’être rassurée, elle veut prendre un minimum de risque. L’artisan doit prouver sa capacité financière à rembourser son emprunt à venir. Parmi les éléments à réunir, citons :

  • les justificatifs d’identité ;
  • l’extrait Kbis de l’entreprise ;
  • les trois derniers bilans ;
  • le bilan prévisionnel s’il s’agit d’une création, etc.

Conseil n°3 : établir un business plan irréprochable

Si le financement souhaité concerne un projet de création d’entreprise, l’artisan devra préparer un business plan soigné. Il comprend en principe deux parties :

  • Un prévisionnel économique basé sur le secteur d’activité choisi : risques, concurrence, positionnement sur le marché.
  • Un prévisionnel financier basé sur les futures dépenses et recettes de l’entreprise. Il démontre la solvabilité et la rentabilité future de l’entreprise.

Conseil n°4 : comparer les offres de crédit professionnel

Enfin, le dernier conseil à suivre est de mettre en concurrence les offres de crédit professionnel pour artisan. L’artisan utilise un comparateur en ligne, gratuit et sans engagement. Il peut aussi mandater un courtier expert indépendant. Comparer permet d’obtenir un meilleur taux d’intérêt tant pour le prêt que pour l’assurance emprunteur.

Comment obtenir une simulation d’un crédit professionnel pour artisan ?

La simulation d’un crédit professionnel est une étape importante à effectuer avant la mise en concurrence des offres. L’artisan peut la réaliser via un simulateur en ligne gratuit. Elle sert à déterminer la faisabilité de son projet en renseignant quelques paramètres. In fine, c’est la capacité d’emprunt qu’elle démontre. Les établissements bancaires en ont besoin pour savoir si l’artisan est éligible ou non au crédit et à quel coût.

Exemple de simulation d’un crédit professionnel pour artisan : achat d’engins de levage

Capital emprunté

Durée du crédit

TAEG

Mensualité (hors assurance)

Coût total du crédit (hors assurance)

50 000 €

60 mois

4 %

506,23 €

60 747,08 €

Exemple de simulation d’un crédit professionnel pour artisan : réserve d’argent

Capital emprunté

Durée du crédit

TAEG

Mensualité (hors assurance)

Coût total du crédit (hors assurance)

8 000 €

12 mois

9,83 %

702,69 €

8 432,34 €

Nous l’avons vu, il existe plusieurs types de crédit professionnel pour artisan. Du crédit-bail en passant par le prêt amortissable ou encore le prêt in fine, ils constituent des moyens de financement à court, moyen ou long terme. Si l’artisan n’est pas éligible au crédit professionnel, il peut se tourner vers le Crowdlending. Disponible via des plateformes de financement participatif en ligne, ce dispositif permet aux particuliers d’investir dans l’entreprise pour financer sa croissance. Pas besoin d’apport, ni de garantie, il est très utilisé par les start-up notamment.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : 3NK6LW

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires