Vous êtes ici : Les dossiers du Mag de l'Entreprise > Produits & Services > Crédit Professionnel > Financer son projet de création d'entreprise : 7 pistes à explorer

Financer son projet de création d'entreprise : 7 pistes à explorer

Financer son projet de création d'entreprise : 7 pistes à explorer

Vous rêvez de créer votre entreprise et vous êtes à la recherche de sources de financement ? Vous êtes au bon endroit. En effet, dans ce dossier, nous vous proposons de découvrir sept pistes potentielles pour contribuer au soutien financier de votre projet. Et pour mieux vous accompagner, nous vous présentons nos conseils et astuces pour bien préparer votre souhait de création d’entreprise et pour vous donner toutes les chances de concrétiser vos objectifs.

Financer son projet de création d’entreprise : les 7 pistes à explorer

Pour financer votre projet de création d’entreprise, voici les 7 pistes que nous vous proposons d’explorer.

Piste n°1 : les banques et le prêt bancaire

Si les banques ont souvent l’image d’établissements financiers réticents face aux jeunes entrepreneurs, elles sont avant tout frileuses face aux projets flous et hasardeux. Donnez-vous toutes les chances de les convaincre en vous constituant un business plan soigneusement préparé qui vous permettra de présenter votre idée, son bienfondé, sa solidité, son intérêt, sa fiabilité, sa durabilité et ses perspectives de développement.

Prenez soin d’inscrire votre projet dans son environnement, de détailler vos objectifs, de présenter votre cible et de justifier vos choix par des études précises. Il vous faut faire preuve de confiance et de clarté pour convaincre les banques du bienfondé de votre projet et de votre fiabilité.

Néanmoins, sachez que les banques exigeront un apport en fonds propres pour vous accorder un prêt. Si une moyenne de 30 % est généralement requise, certaines exigent un apport à hauteur de 50 % des besoins estimés en financement. Mieux vaut donc s’y préparer.

Piste n°2 : les aides financières

Il existe un grand panel d’aides financières à destination des créateurs d’entreprise. Elles peuvent être accordées par les collectivités territoriales que sont les régions, les départements ou même les communes, mais également par des organismes dédiés au soutien des entrepreneurs.

Ces aides sont de véritables tremplins pour accompagner la création et le lancement de jeunes entreprises, ainsi que les reprises. En outre, le fait de parvenir à les obtenir peut inciter les banques à se montrer moins frileuses et à accorder leur confiance aux candidats à la création.

Piste n°3 : le crowdfunding

Le crowdfunding, ou financement participatif, est un bon moyen pour financer un projet de création d’entreprise ou d’autre nature. Les plateformes en ligne dédiées à ces formules de soutien se sont multipliées ces dernières années et n’épargnent ce domaine. Si certaines proposent des prêts participatifs, d’autres se tournent vers l’investissement par actions et d’autres encore sont spécialisées dans certaines activités.

Ces formules de financement ont permis à de beaux projets de voir le jour. Une solution qui peut potentiellement vous accompagner dans votre idée de création puisqu’elle fait appel à la générosité de particuliers et d’entreprises sans avoir à effectuer de véritable démarchage personnalisé.

Piste n°4 : l’apport de fonds propres

Pour financer la création d’une entreprise, les entrepreneurs peuvent bien entendu apporter leurs fonds propres. Ceci comprend les apports en capital, provenant des associés et contraints de rester dans l’entreprise sans possibilité de remboursement, et les apports en compte courant, qui fonctionnent comme des prêts remboursables. Ceux-ci peuvent provenir de l’entrepreneur lui-même, mais également de ses proches ou d’autres investisseurs.

Piste n°5 : le crédit-bail

Le crédit-bail, ou leasing, est un mode de financement accordé aux entreprises pour la location d’un bien mobilier ou immobilier à usage professionnel. Il s’agit de louer un bien mobilier ou immobilier et de l’utiliser pendant la période de location prévue avec la possibilité de l’acheter à l’échéance du contrat.

Cette solution est intéressante pour bien des pros, mais elle séduit particulièrement les entrepreneurs qui ont besoin de véhicules professionnels ou encore de matériel informatique. En revanche, si les avantages sont avérés, le coût final reste supérieur à celui d’un prêt classique.

Piste n°6 : le micro-crédit

Lorsque les banques refusent d’accorder un prêt classique au créateur d’une entreprise, le micro-crédit reste une solution intéressante pour financer ses besoins et faciliter la création. Un micro-crédit est proposé par l’ADIE (Association pour le droit à l’initiative économique) aux porteurs de projets qui ne parviennent pas à obtenir de crédit bancaire classique.

Piste n°7 : le prêt d’honneur

Cette aide financière, dont le montant oscille entre 2 000 euros et 50 000 euros, peut être accordée aux créateurs d’entreprise sans exigence de garantie ni de caution personnelle. Ce type de prêt à taux zéro est obtenu après la présentation du projet devant un jury. Accordé par le Réseau Entreprendre et Initiative France, le prêt d’honneur permet à l’entrepreneur de consolider ses apports personnels afin d’obtenir un prêt bancaire.

Financer son projet de création d’entreprise : nos 4 conseils pour y parvenir

Avant de vous lancer, voici nos 4 conseils pour parvenir à atteindre vos objectifs.

Conseil n°1 : évaluez soigneusement vos besoins financiers

Il est fréquent que les futurs entrepreneurs sous-estiment leurs besoins financiers. Malheureusement, cette sous-estimation peut conduire à un refus de la part des banques de contribuer au financement du projet présenté, mais également conduire à un endettement rapide.

Prenez le soin de bien évaluer vos besoins en investissement et en fonctionnement afin de sécuriser le lancement de votre activité. Ceci vous aidera à mieux anticiper les écarts possibles de trésorerie. Cette préparation soignée vous permettra en outre d’être plus crédible face aux banques que vous démarcherez, mais aussi d’obtenir plus aisément des financements d’autres sources.

Trésorerie, investissements divers, stocks, dépôts de garantie, évolution des besoins en fonds de roulement… n’omettez aucun besoin financier pour évaluer au mieux votre projet.

Conseil n°2 : formez-vous au vocabulaire financier

Avant de vous lancer, prenez le temps de vous former aux notions de base du vocabulaire financier. Vous serez ainsi mieux préparé, vous pourrez mieux comprendre les termes évoqués par les potentiels contributeurs et vous gagnerez en crédibilité.

Dans le cadre de votre besoin de financement, vous serez amené à rencontrer les termes suivants.

  • Les fonds propres : ces capitaux sont constitués par l’entrepreneur (et ses éventuels associés) ou par l’activité économique. Ils sont composés par les capitaux investis au lancement de l’entreprise et permettent de supporter les premières dépenses relatives au démarrage de l’activité, de financer certaines dépenses comme le besoin en fonds de roulement et de contracter un prêt bancaire plus facilement. En moyenne, ces fonds propres doivent correspondre à 30 % au moins de vos besoins financiers.
  • Les investisseurs : vous pouvez vous faire aider de personnes physiques ou morales pour financer votre projet de création d’entreprise, mais aussi recueillir des dons par crowdfunding ou réaliser des levées de fonds.

Conseil n°3 : préparez un projet soigné

Nous avons déjà évoqué cette nécessité, mais il nous semble indispensable de la rappeler. Pour faciliter la création de votre entreprise et pour obtenir des financements, à vous de vous constituer un dossier solide, précis, soigné et basé sur des études sérieuses. Vous pourrez ainsi inspirer confiance aux banques et aux éventuels investisseurs. C’est le meilleur moyen de mettre toutes les chances de votre côté.

Conseil n°4 : étudiez les solutions à disposition des créateurs d’entreprise

Les collectivités locales et de multiples organismes proposent une aide financière aux créateurs d’entreprise. Renseignez-vous autour de vous, car ces soutiens sont loin d’être négligeables. D’une part, ils vous permettent de bénéficier d’une aide financière concrète et quasi immédiate, mais également de maximiser vos chances de décrocher un emprunt bancaire.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : gUTUJc

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires