Vous êtes ici : Les dossiers du Mag de l'Entreprise > Produits & Services > Crédit Professionnel > Quelles différences entre un financement interne et externe pour une entreprise ?

Quelles différences entre un financement interne et externe pour une entreprise ?

Quelles différences entre un financement interne et externe pour une entreprise ?

Pour créer une entreprise ou dans le cadre de son développement, les besoins financiers sont nécessaires et plus ou moins importants. Pour les financer, on distingue deux grandes catégories qui sont les financements internes et les financements externes. Les financements internes consistent, pour une entreprise, à recourir à ses propres moyens et à ses propres ressources pour financer ses projets d’investissement. Les financements externes, à l’inverse, concernent tous les recours à des ressources extérieurs (banques, organismes de crédits et autres) pour les financer. Faisons le point dans ce dossier afin d’y avoir plus clair.

Financement interne : de quoi parle-t-on ?

Le financement interne est un financement qui provient de l’entreprise elle-même, c’est-à-dire une sorte d’autofinancement. Il s’agit ainsi de mobiliser ses propres moyens financiers, notamment sa propre trésorerie, pour financer un projet. L’entreprise peut ainsi s’appuyer sur les fonds injectés par ses créateurs associés, sur les bénéfices accumulés et non distribués, sur les apports en capital social, sur les apports en comptes courants d’associés, etc.

Financement interne : quelles formes ?

Parmi les possibilités du financement interne, nous pouvons citer :

  • les apports en numéraire des associés, qui sont des apports en sommes d’argent ;
  • les apports en nature des associés, qui sont des apports de biens, autres que de l’argent ;
  • les apports en comptes courants des associés ;
  • l’autofinancement (la trésorerie, les bénéfices, les dividendes, etc.).

Financement interne : quels avantages et inconvénients ?

Le principal avantage du financement interne est que l’entreprise est financièrement capable d’assumer ses propres dépenses, ce qui est un signe de bonne santé financière. En outre, elle peut ainsi éviter les frais liés à un emprunt.

En revanche, le financement interne puise dans les ressources de l’entreprise. Celles-ci sont limitées et ainsi réduites. Si d’autres besoins imprévus sont nécessaires, l’entreprise peut se retrouver en difficulté.

Financement externe : en quoi consiste-t-il ?

À l’inverse du financement interne, le financement externe concerne toutes les sources de financement qui sont extérieures à l’entreprise. Il peut s’agir de financements externes directs ou de financements externes indirects. Dans la majorité des cas, il s’agit d’emprunts contractés auprès de banques ou d’organismes de crédits ou encore de fonds issus des investisseurs ou des marchés financiers.

Financement externe : quelles formes ?

Le financement externe peut revêtir plusieurs formes, dont les suivantes :

  • les prêts bancaires professionnels ;
  • la location financière ;
  • le crédit-bail ;
  • la mobilisation des créances (par l’escompte, l’affacturage, etc.) ;
  • les crédits de trésorerie ;
  • le recours au découvert ;
  • les facilités de caisse ;
  • les dons ;
  • les levées de fonds ;
  • le crowdlending.

Financement externe : quels avantages et inconvénients ?

Le financement externe a pour avantage de pouvoir être amorti dans la durée, ce qui est intéressant pour l’entreprise.

En revanche, le coût d’un financement externe est plus élevé. En effet, cet emprunt entraine forcément la nécessité de verser des intérêts et de s’acquitter d’autres formes de frais qui sont loin d’être négligeables.

D’ordre général, les entreprises privilégient le financement externe lorsqu’il s’agit de besoins financiers élevés avec des montants importants qui ne peuvent être mobilisés ou qui risqueraient de les placer dans la difficulté. Pour en amortir les coûts, les entités s’appuient sur la durée.

Qu’en est-il du financement hybride ?

Certains types de financement sont considérés comme des financements hybrides. En effet, ils peuvent être classés dans l’une ou l’autre des catégories de financement en fonction de leur forme.

Le financement participatif, très à la mode, s’inscrit dans cette forme hybride. On parle en effet de crowdfunding, une catégorie de financement qui se décline en deux formes, à savoir le crowlending, qui est une catégorie de prêt externe déjà évoqué dans le cadre des financements externes, mais aussi le equity-based crowdfunding, qui s’apparente à une catégorie de financement interne qui consiste à inviter les investisseurs au capital de l’entreprise à participer financièrement.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : L34Q8N

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires