Vous êtes ici : Les dossiers du Mag de l'Entreprise > Produits & Services > Affacturage > Entreprises en difficulté, quelle solution pour se refinancer ?

Entreprises en difficulté, quelle solution pour se refinancer ?

Entreprises en difficulté, quelle solution pour se refinancer ?

Lorsqu’une entreprise rencontre des difficultés, le refinancement est une solution qui ne doit pas être mise en œuvre sans une préparation soignée, au risque de la rendre inefficace.

Il est donc crucial que l’entreprise commence par dresser un état des lieux de sa situation et par déterminer ses besoins pour trouver une solution durable aux épreuves qu’elle traverse. En effet, un problème durable ou profond ne sera pas à aborder de la même manière que des difficultés exceptionnelles ou conjoncturelles. Il est donc impératif de se baser sur un diagnostic fiable et un plan de redressement efficace pour sortir de la crise et refinancer la société. Comment s’y prendre ? Quelles sont les solutions à envisager pour se refinancer ? Faisons le point dansce dossier.

Établir un plan de redressement

Avant d’entreprendre des démarches de refinancement, la première étape consiste à établir un plan de redressement, qui consiste à dresser un portrait clair et transparent sur la situation de l’entreprise en vue de mettre en œuvre une solution efficace. Pour ce faire, vous devez vous appuyer sur vos réponses aux questions suivantes.

  • Quelle(s) est/sont la/les cause(s) de vos problèmes ?
  • Quelles solutions avez-vous mises en place pour les résoudre ?
  • Que devez-vous encore faire pour améliorer la situation ?

Pour établir votre plan de redressement, vous devrez vous appuyer sur de nombreux documents de votre entreprise, et notamment :

  • vos états financiers ;
  • vos flux de trésorerie ;
  • vos prévisions de trésorerie ;
  • l’historique de votre dette et son actualité ;
  • les délais de recouvrement de vos comptes clients et de règlement de vos comptes fournisseurs.

Ces documents seront également généralement exigés par les banques et les organismes financiers auprès desquels vous déposerez une demande de financement. Il est important que ces établissements disposent de la preuve que vous avez une parfaite connaissance de votre situation, détaillée, transparente et lucide, et de votre volonté de contribuer à faire évoluer vos difficultés vers une solution durable, concrète et réaliste.

À partir de ce premier constat concret, il peut être envisagé d’avoir recours à diverses solutions de refinancement de la société.

L’exploitation des actifs de la société

Exploiter les actifs de la société peut contribuer à refinancer l’entreprise.

L’optimisation du besoin en fonds de roulement (BFR)

Une entreprise peut chercher à optimiser son besoin en fonds de roulement pour se refinancer. Pour ce faire, il lui faut :

  • mieux recouvrer les sommes qui lui sont dues, notamment auprès de ses clients (demande d’acomptes, délais de paiement raccourcis, suivi des créances clients, etc.) ;
  • allonger de manière modérée le délai de paiement pour certains créanciers ;
  • négocier le paiement des dettes non réglées.

La cession d’actifs non stratégiques

Lorsqu’une entreprise en difficulté dispose d’actifs non stratégiques, elle peut envisager de ses céder. En revanche, il importe d’être clair quant aux conditions de cession et d’éviter toute surhausse des coûts de cession afin de ne pas être suspecté et que la responsabilité du dirigeant ne soit pas remise en cause.

La modification des conditions de prêts en cours

La plupart des entreprises en difficulté financière cherchent dans un premier des solutions plus classiques, comme la modification des conditions de leurs prêts en cours. En effet, une entreprise peut négocier auprès de sa banque ou de son établissement de crédit un report de ses remboursements et/ou un allègement des mensualités pendant une certaine période afin de réduire la pression exercée sur sa trésorerie pendant cette durée.

Cette solution simple à mettre en place peut apporter un nouveau souffle à l’entreprise.

L’obtention d’un nouveau prêt pour entreprise en difficulté

Il est rare qu’une banque ou qu’un établissement de crédit accorde un prêt à une entreprise en difficulté financière – même passagère –, et ce, même si celle-ci a soigneusement préparé sa demande. En cas de refus, l’entreprise peut toutefois prendre contact avec la Médiation du crédit de la Banque de France.

En effet, la Médiation du crédit peut appuyer la demande de financement émise par l’entreprise auprès de la banque sollicitée. Ce service a été créé en 2008 afin de répondre aux difficultés que les entreprises peuvent rencontrer dans ce cas. Tout professionnel chef d’entreprise peut faire appel à la Médiation du crédit, qu’il soit artisan, commerçant ou professionnel libéral et quel que soit son statut juridique. Cette sollicitation est possible en cas de refus de la banque face à une demande de financement dans le cadre d’une difficulté de trésorerie ou d’un manque de fonds propres. En revanche, il est indispensable que le chef d’entreprise ait essuyé un premier refus avant de solliciter le médiateur de la Médiation du crédit.

Quelles sont les autres solutions de refinancement pour les entreprises en difficulté ?

Les solutions en cas de difficulté financière ponctuelle

Lorsqu’une entreprise rencontre des problèmes financiers ponctuels, elle doit mettre en œuvre des solutions internes et établir un plan de redressement concret et réaliste, comme nous l’avons vu précédemment.

Forte de ces étapes préliminaires, l’entreprise peut ensuite envisager d’autres solutions :

  • solliciter des financements supplémentaires auprès de ses actionnaires ;
  • négocier des délais supplémentaires auprès des créanciers bancaires, mais à la condition de bénéficier d’un effort financier de la part des actionnaires afin de rassurer la banque créancière ;
  • rechercher un apport supplémentaire auprès d’investissements en retournement.

Les solutions en cas de difficulté financière structurelle

En cas de difficulté structurelle, il est plus difficile pour une entreprise de trouver des solutions, notamment en raison de l’impact de la situation sur les actionnaires et de son incapacité à obtenir un financement bancaire. Néanmoins, elle peut envisager les solutions suivantes.

  • L’entreprise peut demander l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire. Cette démarche lui permet de geler et d’apurer son passif sur une période maximale de 10 années.
  • L’entreprise peut rechercher de nouveaux investisseurs, notamment pour permettre l’ouverture de son capital à des tiers investisseurs en retournement. Ils pourront aider à élaborer et à mettre en œuvre un plan de retournement. En revanche, l’apport des investisseurs sera contraint et soumis à de très faibles bases de valorisation.
  • L’entreprise peut envisager, en dernier recours, de céder le fonds de commerce à un tiers dans le cadre d’un plan de cession qui permettra d’écraser son passif.

Le refinancement : est-ce toujours la bonne solution ?

Les solutions de refinancement ne sont pas toujours les plus appropriées en fonction des entreprises. Idéalement, il convient de traiter chaque situation au cas par cas. Pourquoi ?Tout simplement parce qu’un refinancement n’est pas toujours une solution durable, et parfois même une solution tout court. En effet, le refinancement permet d’alléger les conditions de prêt et de les modifier de manière à favoriser un meilleur service de la dette. Les prêts que l’entreprise peut obtenir sont destinés à l’aider à réaliser son plan de redressement afin de favoriser sa croissance, mais ils ne sont pas voués à la renflouer.

Il faut par ailleurs rappeler que l’obtention de nouveaux financements ne peut se faire sans effort, et notamment sans garanties, notamment l’offre d’actifs. Obtenir un financement sans ces garanties est quasiment impossible ou ne permettra que des solutions extrêmement limitées et contraignantes.

Ainsi, pour certaines entreprises, un refinancement ne présente pas de réel intérêt au regard des conséquences qu’il exige. Disposer d’un plan de redressement concret, bien construit et réaliste permet de constater qu’un simple crédit pour équipement ou qu’une autre situation comparable basique peut suffire à redresser la situation de manière efficace et durable et à aider l’entreprise dans la réalisation de son plan de redressement.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : GstZxh

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires