Vous êtes ici : Les dossiers du Mag de l'Entreprise > Création d'entreprise > Idées de Création > Ouvrir une discothèque ou night-club : procédure, réglementation, étapes pour réussir

Ouvrir une discothèque ou night-club : procédure, réglementation, étapes pour réussir

Ouvrir une discothèque ou night-club : procédure, réglementation, étapes pour réussir

Vous avez pour projet d’ouvrir une discothèque ? Si ce secteur d’activité a connu des jours meilleurs, bien des établissements ont réussi à bien se développer et à devenir des références parmi la clientèle locale. Néanmoins, ce type de projet nécessite le respect d’une réglementation stricte et le suivi de certaines étapes pour espérer réussir. Faisons le point dans ce dossier.

Quelle réglementation dans ce domaine ?

Comme pour la création de nombreuses structures, l’ouverture d’une boite de nuit nécessite le respect de certaines obligations et de la réglementation en vigueur.

  • Obtenir une licence de débit de boissons (ou licence bar) est indispensable. Pour ce faire, vous devrez suivre une formation d’une durée moyenne de 20 heures destinée à informer les gérants quant à leurs obligations et à leurs droits en matière de vente de produits alcoolisés et sur la conduite à tenir face à des clients alcoolisés, mais également sur la prévention et la protection de l’ordre public, notamment en matière de bruit. Le permis d’exploitation est ensuite délivré pour une durée de dix ans. Il est enfin nécessaire de procéder à une déclaration en mairie ou à la préfecture au moins 15 jours avant l’ouverture de la discothèque.
  • La boite de nuit doit impérativement respecter les normes en vigueur en matière d’accessibilité et de sécurité, comme tout établissement recevant du public (ERP).
  • La vente d’alcool est interdite aux mineurs.
  • Tous les prix doivent être clairement affichés.
  • Les horaires de fermeture doivent être respectés. Le décret actuel les fixe à 7 heures du matin pour la fermeture et à 5h30 pour la fin de la vente d’alcool.
  • Un enregistrement auprès de la SACEM est également obligatoire pour diffuser de la musique. Cette adhésion est payante.

Quelle procédure suivre pour ouvrir une discothèque ou un night-club ? Quelles étapes pour réussir ?

Voici les étapes à suivre pour ouvrir une discothèque en France.

Étape n°1 : réaliser une étude de marché

Le marché des discothèques est très fluctuant en France. Depuis une décennie, de nombreux établissements ont fermé leurs portes, une tendance qui s’est accentuée avec la crise sanitaire. Néanmoins, dans certaines régions et dans certains secteurs, le marché se porte bien, avec une moyenne de 450 000 euros de chiffre d’affaires par an.

Avant de vous lancer, il vous faudra donc absolument réaliser une étude de marché qui vous permettra d’étudier la faisabilité de votre projet au sein de l’espace d’implantation visé.

Pour cela, tenez compte des points suivants :

  • l’évolution du marché : tendances, demandes, est-il en progression ou en régression dans votre secteur ?
  • la clientèle : habitudes de sorties des habitants à proximité, budgets, attentes, etc. ;
  • la concurrence : implantation des concurrents, concepts, politique tarifaire, succès, etc.

À partir de cette première analyse du marché de la boite de nuit, vous pourrez constater l’éventuelle faisabilité de votre projet.

Étape n°2 : définir son concept

Pour vous faire votre place dans ce marché concurrentiel, il est important de vous différencier de vos concurrents. N’hésitez pas à proposer un concept différent, attractif et novateur, mais qui satisfait – bien entendu – les attentes de votre clientèle cible.

Définissez dans un premier temps le concept que vous souhaitez mettre en place :

  • la clientèle cible : son âge, son budget, son profil, ses goûts, etc. ;
  • le type de musique : musique commerciale, musique rétro, musique de passionnés, etc. ;
  • la politique tarifaire : night-club sélect et chic ou discothèque accessible à tous ?

À partir de ces points, à vous de définir les traits qui vont composer votre concept global. Démarquez-vous de vos concurrents, sans quoi il est peu probable que les habitués d’autres établissements viennent vous rendre visite et se fidélisent. Pour ce faire, vous pouvez réfléchir à plusieurs points :

  • les types de boissons proposées (bouteilles classiques, cocktails élaborés, etc.) ;
  • une salle unique ou un night-club multisalles pour satisfaire toutes les envies ;
  • espaces plus intimes ou grandes pièces plus ouvertes ;
  • soirées à thème ;
  • prestations diverses (soirées privées, salle de concert, cabaret, etc.) ;
  • musique rétro, type années 80 ou 90, etc. ;
  • utilisation diurne des locaux (thés dansants, réceptions, séminaires, galerie d’art, cours de danse, etc.).

Les idées ne manquent pas et vous regorgez peut-être de solutions pour développer votre activité. Néanmoins, soyez bien attentif afin de toujours prendre en compte les attentes de votre clientèle cible et ce que propose la concurrence. Si vous n’y prenez pas garde, vous risquez de faire faillite ou de voir votre projet échouer avant même de commencer.

Étape n°3 : trouver le bon emplacement

Il s’agit d’un point crucial pour le succès de votre projet. Pour choisir le bon emplacement, vous devrez vous appuyer sur plusieurs critères :

  • la surface : la taille et l’agencement sont essentiels selon le nombre de personnes envisagées, l’organisation des espaces intérieurs, les services proposés, etc. ;
  • la localisation : choisissez un espace bien situé, visible, qui attire la clientèle cible et qui lui soit accessible (transports en commun, voitures, etc.), tout en respectant les normes en matière d’ordre public (bruit, etc.) ;
  • l’accessibilité : ce point est crucial pour permettre à votre clientèle de venir, raison pour laquelle il faut vous adapter à celle que vous ciblez (transports en commun pour les jeunes et étudiants, parking pour les véhicules, etc.).

Même le meilleur des établissements ne pourra pas fonctionner s’il manque de visibilité et si la clientèle ne peut s’y rendre facilement.

Étape n°4 : choisir un statut juridique approprié

Il vous faut ensuite choisir un statut juridique sous lequel exercer, car une boite de nuit est avant tout une entreprise. Vous disposez pour ce faire de plusieurs possibilités.

  • La micro-entreprise : ce statut, bien que pratique, est à éviter, car il ne convient pas à une discothèque en raison du chiffre d’affaires plus que limité et des contraintes en matière d’absence de protection du patrimoine personnel.
  • L’entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL) : cette forme d’entreprise individuelle n’est pas la plus adaptée à l’ouverture d’une boite de nuit. Elle est donc à éviter.
  • L’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) et la société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU) : ces formes d’entreprises permettent à un associé unique de créer sa discothèque. Ces statuts correspondent respectivement à la version unipersonnelle de la SARL et de la SAS. Ils sont adaptés à la création d’une discothèque pour un dirigeant seul, son patrimoine personnel n’étant pas engagé.
  • La société à responsabilité limitée (SARL) et la société par actions simplifiée (SAS) : ces deux statuts, qui conviennent à la création d’un night-club avec plusieurs associés, sont adaptés à ce type de projet. Ce sont d’ailleurs les solutions les plus répandues. La SAS semble toutefois la plus indiquée en raison de la grande souplesse qu’elle accorde.

Soyez vigilant dans le choix de votre statut juridique, car cela va conditionner votre fiscalité, votre régime social de dirigeant(s), le montant de vos cotisations, mais également la responsabilité de chacun des associés.

Étape n°5 : pourvoir aux besoins matériels et humains

Ouvrir une boite de nuit est un projet relativement coûteux, raison pour laquelle il vous faudra lister vos besoins matériels et humains afin de prévoir le budget nécessaire en conséquence.

Vous devrez tenir compte de quatre grandes catégories de dépenses et de besoins.

  • Les locaux : vous aurez probablement besoin d’aménager l’espace, raison pour laquelle vous devrez prévoir les travaux nécessaires.
  • Le matériel : l’ouverture et la gestion d’une boite de nuit nécessitent beaucoup d’investissements en matériels et équipements (bar, musique, mobilier, etc.).
  • Les licences : vous devrez prévoir le financement de votre licence IV pour la vente d’alcool et les droits à verser auprès de la SACEM pour diffuser de la musique.
  • Le personnel : à vous d’estimer le nombre de salariés qu’il vous faudra pour le fonctionnement quotidien de votre établissement.

Tous ces points doivent ensuite vous permettre de dresser un budget détaillé avant de vous lancer dans le but d’obtenir les financements nécessaires à la réalisation de votre projet.

Étape n°6 : établir un plan marketing et un business plan

Enfin, il vous faut rédiger deux documents importants, à savoir le plan marketing et le plan commercial de votre établissement.

Le plan marketing consiste à lister et à budgétiser les actions à mettre en place pour attirer votre clientèle. Si l’implantation de votre boite de nuit est cruciale, il vous faut attirer du monde et faire parler de vous, sans quoi elle restera vide.

Pour ce faire, voici quelques astuces simples.

  • Constituez-vous un réseau en créant des partenariats avec des établissements locaux (bars, etc.).
  • Faites-vous connaitre des influenceurs pour attirer une clientèle encore plus nombreuse.
  • Utilisez les réseaux sociaux ! Soyez présents et actifs sur votre site internet et les réseaux principaux (Facebook, Twitter, Instagram, etc.), en diffusant des photos et en faisant la publicité de vos spécificités et programmes.
  • Distribuez les flyers et démarchez les radios et magazines locaux.
  • Proposez des promotions pour attirer et fidéliser la clientèle (réductions pour les étudiants, entrée gratuite avant 23 heures, boissons offertes pour un certain nombre de consommations achetées, etc.).
  • N’hésitez pas à proposer des services annexes comme des navettes avec le centre ville, les bars fréquentés avant les sorties en boite de nuit ou encore les campus afin de permettre à votre clientèle de se déplacer en toute sécurité, tout en étant plus accessible !

Pensez enfin à rédiger un business plan solide, qui vous sera une aide précieuse pour concrétiser votre projet, mais également pour inspirer confiance aux investisseurs et aux banques.

Votre business plan doit se scinder en deux parties :

  • une partie rédigée qui présente votre projet, ses atouts, son concept, son ancrage dans le marché, vis-à-vis de la clientèle cible et de la concurrence, etc. ;
  • un prévisionnel financier qui valorise le potentiel de rentabilité du projet au regard de l’étude de marché.

Ce document est indispensable pour mieux visualiser un projet tel que l’ouverture d’une discothèque, mas également pour obtenir satisfaction auprès des investisseurs démarchés, car il témoigne du sérieux de l’affaire.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : 2aRDXX

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires